Assurance-vie : chiffres 2015 et enjeux.

Publié le Publié dans Analyse, Assurance, Digital

La présentation le 28 janvier 2016, par la toute nouvelle Association Française de l’Assurance (ex FFSA et GEMA) des chiffres 2015 est l’occasion de faire le point sur ces chiffres toujours très attendus par le marché.

De bons chiffres pour l’assurance vie en 2015

Les bonnes nouvelles ne manquent pas. Les encours sont toujours en hausse avec à fin décembre 2015 1580 milliards d’euros (74% du PIB); depuis 2009 la hausse des encours est donc de 26,4%. Si la crise a réduit la progression des encours, elle ne l’a pas stoppée.

Si les chiffres 2015 sont rassurants à première vue. L’année 2016 s’annonce clairement porteuse de challenges pour l’assurance vie.

La collecte brute s’établit à 135 milliards d’euros. Cela représente une belle performance comparée aux 113 milliards obtenus en 2012 en bas de cycle, mais reste loin des 144 milliards collectés en 2010. Malgré tout, ces 135 milliards représentent tout de même des souscriptions de l’ordre de 15,4 millions par heure. Les français ont donc été très « fourmis » l’an passé.

Pour la première fois, la collecte nette est réalisée en majorité sur les unités de compte (54%). Le poids de ces unités de compte progresse tant dans la collecte brute (20% en UC) qu’au sein des encours (les UC pèsent 17,8%).

Des rendements fonds euros toujours en baisse

Le taux des fonds euros est passé de 5,6% en 1998 à 2,3% en 2015
Le taux des fonds euros est passé de 5,6% en 1998 à 2,3% en 2015

Côté rendement, comme il était prévu, les fonds euros subissent une nouvelle baisse avec 20 points de base de moins. Le rendement moyen des fonds euros s’établit à 2,3% sur 2015. Compte tenu de l’affaissement de l’inflation, ce taux servi rapporte cependant plus (en net d’inflation) que les années précédentes.

Les prestations représentent en 2015 111 milliards d’euros, c’est un montant moindre qu’en 2011 et 2012, ce qui reste dans la norme rapporté aux encours.

Des challenges importants pour 2016

Parmi les challenges qui se présentent, les assureurs vont devoir essayer de relancer les fonds euro croissance. Avec 1,7 milliard d’euros d’actifs et 123 000 contrats ils ont trouvé un certain public mais leurs encours restent encore très modestes au regard du marché dans son ensemble.

Le niveau des taux va également constituer un enjeu clé. Avec une remontée des taux, les TRI des fonds euros retrouveraient des couleurs mais les plus-values obligataires risqueraient mécaniquement de s’évaporer.

Quant à l’appétence des épargnants pour les supports actions, si les chiffres de 2015 sont encourageants, qu’en sera-t-il en cas de correction sur les marchés ? Il semble que les efforts entrepris par les compagnies pour inciter à souscrire des UC portent leurs fruits, espérons que cette tendance se poursuive.

Le digital est plus que jamais sur l’agenda des assureurs.

Au-delà des travaux sur le big data (proche du métier de base des assureurs), et des prises de participations dans des Fintechs par quelques assureurs, force est de constater que pour le moment rares sont les acteurs qui se mobilisent sur le sujet. A ce propos, si le digital a été évoqué lors de la conférence de presse de l’Association Française de l’Assurance, ce n’était pas un thème longuement développé. Les impacts de la révolution numérique sur les assureurs sont nombreux. Pour 2016 nous pourrions voir des avancées sur la dématérialisation, l’arrivée et peut être la montée en puissance des robo advisors. La délicate question du respect des données personnelles s’imposera aussi sans doute dans l’actualité. Tiers de confiance, dotés d’une image rassurante, les assureurs auront là à jouer avec habileté entre l’exploitation des données à des fins commerciales et le respect des libertés individuelles.

Pour télécharger au format haute définition l’infographie : ABSILIS AV 2015

ABSILIS AV 2015

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *