Google Compare au rancart : 3 leçons à tirer de cette expérience.

Publié le Publié dans Non classé

Google vient d’annoncer la fin de son service de comparateur d’assurance Google Compare. Une des raisons évoquées c’est qu’il est très complexe de reconstituer avec précision le profil de risque d’un conducteur. Google, dont on connait la force de frappe et les capacités financières, a donc jeté le gant dans un domaine qu’il prétendait conquérir. Quelles leçons pouvons-nous en tirer ? Une telle décision mérite, tout d’abord, de saluer le pragmatisme américain. Nous autres français ne savons pas assez mettre fin à une diversification quand les résultats ne sont pas au rendez-vous. Mais au-delà de ce constat on peut évoquer trois raisons à cet échec.

En premier lieu, la complexité.

Proposer une chambre d’hôtel au prix le plus bas est relativement simple. Trouver quel E commerçant vend le moins cher tel ou tel produit informatique est également devenu monnaie courante sur le web. Mais dès que l’on cherche à entrer dans le cœur de métier d’un assureur, les techniques web que Google maîtrise, ne deviennent que des atouts secondaires. Au risque de froisser les mauvais conducteurs, quand un assureur auto propose un tarif élevé il ne fait que son travail : il fixe un prix au risque. Suivant l’âge, le type de véhicule, l’historique de sinistres les tarifs varient car le risque n’est pas le même. Quant au type de couverture proposée c’est là aussi un sujet complexe où professionnalisme et dialogue avec le client sont requis. Il ne suffit donc pas d’ajouter au prix affiché sur un site le coût de la livraison et de faire un classement des différentes offres.

 

Lire la suite sur le siècle digital

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *