2016 un nouveau visage pour les Fintechs ?

Publié le Publié dans Analyse, Digital, Fintech, marchés financiers

Pour les FinTechs, le bilan 2016 présente deux aspects différents. D’une part, les chiffres illustrent un boom des créations de start-up, d’ouverture d’incubateurs et des sommes investies qui constituent des records. Mais d’autre part, on voit apparaître quelques signaux plus « quali » qui viennent nuancer ce bilan, en apparence flatteur.

Cela n’a rien de paradoxal. Du moins si l’on accepte l’idée que l’écosystème évolue. Après quelques années marquées par un formidable élan d’enthousiasme on voit poindre les premiers signes d’une plus grande exigence. Les investisseurs se font plus sélectifs et l’avancée en âge des FinTechs aide à faire le tri entre celles possédant un réel potentiel et les bonnes idées qui ne reposent pas sur un business model solide. De plus, n’oublions pas qu’une jeune entreprise se doit d’effectuer quelques virages stratégiques avant de trouver son créneau. Pivoter est un exercice difficile. Tous se prétendent « agiles » mais tous ne réussiront pas à prendre les bons virages. L’intérêt marqué par les groupes bancaires et d’assurance aura apporté notoriété et capitaux aux Fintechs. A présent la cohabitation entre groupes et startups laisse entrevoir quelques difficultés relationnelles. Cette cohabitation révèle aussi une asymétrie jusqu’alors masquée : à court terme les groupes ont moins besoin des Fintechs que les Fintechs ont besoin des groupes. Or, c’est à court terme que les Fintechs gèrent leur cash burn rate.

Un bilan quantitatif flatteur.

ECap Partner vient de diffuser son top 12 des levées de fonds 2016. A lire le tableau publié dans Les Echos du 29 décembre on se remémore les levées
Classement des plus importantes levées de fonds de l’année
spectaculaires de Sigfox (150 millions), Deezer (100 M) et Devialet (100 M) qui forment le tiercé de tête. Kyriba ferme la marche avec ses 20,5 millions levés. La fin 2016 aura tout de même été marquée par un ralentissement des montants investis.

Trop d’incubateurs en France ?

A en croire Daniel Benchimol (président de Digitalplace) la France possède trop d’incubateurs (voir Challenges du 23 novembre 2016). Sebastien Bourguignon en recense pas moins de 224 repartis sur tout l’hexagone. L’un comme l’autre développent l’idée que l’accompagnement des startups et leur financement sont perfectibles.

 

Lire la suite sur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *