Jeu de la bourse

0 Composition des équipes

Le nom de votre équipe

Nous aurons idéalement quatre équipes de quatre ou cinq participants. Chaque équipe devra se choisir un nom. Ce nom – impérativement court – est un symbole.

Ce nom doit évoquer la personnalité, le style, l’ambition qui est propre à votre équipe.

Vous aurez donc à me communiquer ce nom. Choisir un nom est le premier travail d’équipe que vous avez à faire. Ne négligez pas cette étape riche de sens.

Vous devez trouver un nom qui rassemble. 

 

Au-delà des affinités entre participants il est important de prendre en compte les profils de risque. En effet mieux vaut une équipe de « conservateurs purs et durs » en concurrence avec une équipe de « risque tout » que de mélanger des personnes avec des approches du risque trop éloignées au sein de la même équipe.

 

Les rôles au sein de l’équipe

Comme indiqué lors du briefing, vous devrez choisir des rôles bien définis. Ces rôles sont équilibrés. Il n’y a pas de rôle de premier plan (même si le CIO parait plus prestigieux c’est aussi un rôle fastidieux) et d’autres de seconde importance. N’oubliez pas que c’est une équipe qui concourt et une équipe qui gagne. Cette note a pour objet de vous aider à trouver un rôle adapté à vos qualités, votre expérience mais surtout à vos envies. Votre deuxième travail d’équipe c’est de bien vous répartir les rôles entre vous.

C’est à vous et vous seuls qu’il revient de répartir les rôles. Une seule suggestion de ma part : il y aura une pause au milieu de la simulation. Si vous ne trouvez pas de consensus vous pouvez convenir de changer de casquette après la pause et répartir différemment les rôles. Si deux personnes veulent être CIO ou économiste c’est donc possible.

 

 

Rôle 1 L’économiste.

Sa responsabilité est de bâtir un scénario qui sera celui de votre équipe. Ce scénario peut se résumer après analyse des données macro-éco à cette question clef : L’économie/les marchés vont-ils croître, rester stables ou vivre une dépression / une période de baisse ? Il/elle devra également émettre une recommandation sur le poids des actions, des obligations, avoir un avis sur une éventuelle diversification (aller vers les small caps, l’étranger, vers des classes d’actifs différentes ….). Cet avis ne doit pas nécessairement être précis à la virgule près il peut être une indication générale (renforçons les actions, réduisons le poids des obligations, …). C’est un rôle hybride : à la fois assimiler des chiffres, des données et dans le même temps savoir écouter une intuition et pouvoir se projeter. A cela s’ajoute une responsabilité optionnelle : la veille concurrentielle. Vous aurez en effet des indications sur les choix des autres équipes il y a donc là un travail à assurer.

 

Rôle 2 Le CIO.

Le CIO pour Chief Investment Officer ou responsable de la gestion peut être bien sur vu comme le boss. Ad Minima le CIO doit être celui qui tranche, qui met un terme aux discussions et force l’équipe à décider. De l’autocratique pur au consultatif compulsif tous les styles sont possibles à condition de savoir exploiter les forces de l’équipes et de réussir à décider vite. Dans une simulation de ce type il est impératif de tenir le rythme. La responsabilité du CIO est aussi de figer les allocations de manière précise. S’appuyant sur le scénario de l’économiste, prenant en compte les discussions de l’équipe le CIO doit matérialiser tout cela sous la forme d’une allocation précise poche par poche. Par exemple il ou elle peut décider d’arbitrer 5% depuis la poche monétaire vers les actions US large cap. Ou choisir de réduire l’allocation actions de 15% et d’investir 7,5% sur les obligations US et 7,5% en monétaire. Ou encore de vendre 500 000 dollars de monétaire pour acheter via un fonds Bear une couverture à son exposition actions US.

 

Rôle 3 Le Responsable Middle Office

Il s’agit là d’une personne chargée du suivi des positions. Sa responsabilité première est de contrôler que le portefeuille de l’équipe reste bien conforme aux ratios réglementaires. Par exemple il ou elle doit vérifier qu’aucune ligne hors monétaire ne dépasse 20% de l’actifs du fonds. Que le poids des actions est bien dans la fourchette 40% – 100%. Et que le cash (non investi) est suffisant pour payer les frais de gestion. Le responsable middle office est également en charge de la mise en oeuvre des décisions. Il ou elle est la seule personne habilitée à aller passer un ordre et aura la responsabilité de contrôler et de valider son exécution. Il s’agit là d’une mission de confiance. En effet tout le travail de l’équipe, toute la réflexion tout le génie des décisions prises oralement, …. Tout cela serait vain si le responsable middle office ne passait pas le bon ordre dans les temps. A cela s’ajoute une responsabilité optionnelle qui est la même que celle proposée à l’économiste : la veille concurrentielle. Suivant les équipes vous pouvez donc choisir de confier cette tâche à l’un ou à l’autre.

 

Rôle 4 L’analyste fonds actions

Le rôle de l’analyste fonds actions est comme son titre l’indique d’analyser les fonds actions. Ayant sous les yeux des fiches de reporting (même modèle que celui vu en cours) indiquant les trois dernières années d’historique il ou elle doit savoir faire parler les chiffres. Il ou elle doit recommander tel ou tel fonds par rapport aux autres. Et aussi composer une allocation sur plusieurs fonds. La poche actions pesant au minimum 40% compte tenu du cap fixé à 20% par ligne il n’est en effet pas possible de tout miser sur un fonds. Aussi lorsque le CIO conclut sur une décision comme de réduire l’allocation actions de 15% et d’investir 7,5% sur les obligations US et 7,5% en monétaire, l’analyste doit décider très rapidement quel(s) fonds actions vendre (pour obtenir 15% du portefeuille) et quels fonds acheter en obligations US et en monétaire. En fait il ou elle doit être immédiatement à même de donner le nom des fonds concernés. Outre ce rôle réactif l’analyse peut (et doit) être proactif. Il ou elle est responsable de l’allocation de la poche actions sur différents fonds. Il ou elle peut donc demander au responsable middle office de remplacer tel fonds par tel autre. Ce type d’arbitrage relève de sa responsabilité. Il ou elle peut bien évidement en discuter avec les autres membres de l’équipe et peut choisir de soumettre un avis au CIO mais c’est un choix. L’analyste fonds actions peut légitimement modifier son allocation tant qu’il reste dans la même poche comme vendre un fonds actions US large cap pour acheter un autre fonds US large cap. Cela ne veut pas dire qu’il ou elle peut vendre un fonds US small cap pour investir sur un fonds actions Europe.

 

Rôle 5 : analyste fonds taux et diversification.

La première différence par rapport à l’analyste actions a trait aux fonds qu’il ou elle va analyser et sélectionner. Il s’agit là de fonds obligataires, des fonds monétaires et des fonds dits de diversification. L’indice est composé d’actions (couvertes par l’analyste actions) mais aussi d’obligations et de monétaire. La première responsabilité consiste donc à décrypter les fonds obligataires et monétaire et à effectuer comme pour l’analyste actions des choix. Lorsque le CIO décide d’alléger de 5% la poche obligataire c’est l’analyste taux qui indique au responsable middle office quel fonds vendre. Comme pour l’analyste actions l’analyste taux peut (et doit) être proactif et sa responsabilité est de proposer, voire imposer si besoin un arbitrage tant que cet arbitrage reste dans une « poche » identique. La seconde différence a trait à la « diversification ». L’indice ne contient que des actions des obligations et du monétaire. Rien n’oblige les équipes à investir sur autre chose. L’analyste taux et diversification peut, sans y être obligé, proposer à l’équipe / au CIO d’allouer une partie du portefeuille sur une autre classe d’actifs. Vous découvrirez ces classes d’actifs lors de la simulation sachez cependant qu’il y aura des fonds « bear » permettant une couverture et d’autres supports. Ce rôle est donc – comme les quatre autres – essentiel : Avec jusqu’à 20% du portefeuille cette poche de diversification est à même de faire la différence entre les équipes et d’apporter le petit plus synonyme de victoire. L’analyste fonds taux et diversification aura donc à analyser les supports, proposer à l’économiste une diversification et convaincre le CIO de lui allouer une partie du portefeuille.